Chroniques de Gradlon

Chroniques sur mon quotidien (université, anecdotes, bonheurs, malheurs, etc.) ponctuées de mes opinions sur l'actualité, la politique, le cinéma et tout autre chose qui croise mon chemin.

31 décembre 2006

Un de retrouvé, zéro de perdu

Il semble bien que l'inaccessibilité à l'annuaire Globe of Blogs n'était que temporaire. J'avais enlevé le code HTML de leur bouton car il ne s'affichait plus (l'image était logée sur leur serveur), mais je peux maintenant le remettre.

Posté par Gradlon à 12:40 - Permalien [#]

30 décembre 2006

Berceau de la civilisation

Si plusieurs anthropologues considèrent la Vallée du Rift comme étant le berceau de l'humanité, beaucoup d'historiens considèrent l'Irak comme étant le berceau de la civilisation, du moins en ce qui concerne le Moyen-Orient et l'Occident européen. Tout comme la Vallée du Rift, il ne s'agit pas de prétendre que la civilisation est née uniquement en Irak, mais plutôt de s'en servir comme point de repère, puisque c'est sur l'actuel territoire irakien que nous retrouvons les plus anciennes traces d'aménagements urbains, l'urbanisation étant ce que la plupart des historiens considèrent comme le premier signe de la civilisation.

La tendance veut que Jéricho, en Cisjordanie, soit considéré comme le premier exemple de sédentarisation humaine (village), alors que cette même tendance veut que l'ancienne cité mésopotamienne d'Ur (ou Our), en Irak, soit le premier exemple UR_17_01_2004_003d'urbanisation humaine (ville). Encore une fois, il ne faut pas y voir la volonté des historiens de considérer Ur comme la première ville fondée, mais plutôt comme la première ville d'importance, celle d'où semble avoir émergé, entre 3500 et 3000 av. J.-C., une culture qui gagna tous le Croissant fertile. On peut trouver l'influence d'Ur (et de la Mésopotamie) jusque dans les palais royaux de la civilisation minoenne (~2700 à 1200 av. J.-C.), dont la culture est à l'origine de la Grèce antique.

Il est bon aussi de signaler l'importance de la Vallée de l'Indus dans l'apparition de la civilisation en Mésopotamie. Personne ne peut dire que les civilisations de la Vallée de l'Indus ont «amené» la civilisation en Mésopotamie, mais il est fort probable que ce soit le contact entre les premiers Sumériens et des gens venus de la Vallée de l'Indus qui ait mené à l'apparition de la civilisation en Mésopotamie. L'une des hypothèses les plus plausibles veut que les gens de la Vallée aient installé un comptoir commercial quelque part aux embouchures du Tigre et de l'Euphrate, leur présence à cet endroit ayant favorisé l'établissement permanent d'une importante peuplade descendu du Croissant fertile. À savoir lequel des deux, gens de la Vallée de l'Indus ou de Sumer, est à l'origine de la civilisation au niveau mondial, on l'ignore toujours.

Une chose est certaine, quelque chose est né aux alentours d'Ur et c'est répandu partout au Moyen-Orient et en Occident. LaBabylon_Ruins_Marines vague a voyagé jusqu'au Levant, puis a gagné le monde Gréco-romain. La culture populaire retient surtout de la Mésopotamie la cité antique de Babylone, particulièrement pour le mythe entourant la tour de Babel qui, selon toutes vraisemblances, n'est qu'une «pyramide» (la ziggourat de Babylone) n'ayant pratiquement rien en commun avec la tour démesurée que décrit l'Ancien testament. Pourtant, c'est en Mésopotamie qu'on trouve les premières traces d'écritures (le cunéiforme), de lois écrites (le Code d'Hammourabi), de bibliothèques, de sciences mathématiques et d'urbanisme. Tous des aspects qui définissent encore aujourd'hui ce qu'est la «civilisation» dans son sens large.

J'ai déniché un site intéressant sur la Mésopotamie ici. Pour ceux qui possèdent le logiciel Google Earth, j'ai créé deux fichiers KMZ localisant les cités de Babylone et d'Ur.

Posté par Gradlon à 16:25 - Histoire - Permalien [#]

Un de retrouvé, un de perdu

Alors que l'annuaire québécois Top Blogues est de retour en ligne depuis Noël, l'annuaire géographie Globe of Blogs, lui, s'est volatisé. En effet, lorsqu'on rentre l'adresse URL, on est automatiquement redirigé vers Google. Normalement, on entend «un de perdu, dix de retrouvé», mais cette fois, c'est «un de retrouvé, un de perdu!»

Posté par Gradlon à 11:54 - Au quotidien - Permalien [#]

C'est pas de la pitié

Je respecte toutes les opinions, mais parfois, je lis de vraies inepties.  Je peux comprendre que plusieurs se réjouissent de la pendaison de Saddam Hussein, mais parmi eux, il y en a qui ne sont vraiment pas capables de pousser une réflexion très loin. Ces gens ne comprennent pas que ceux et celles qui critiquent la peine capitale infligée à Saddam Hussein n'ont pas pitié de lui, pas plus qu'ils oublient ou minimalisent les crimes qu'il a commis.

Je trouve ça correct pour ceux qui sont en faveur de la peine capitale de manifester leur désaccord envers ceux qui sont contre. Je considère cependant très primitif cette philosophie très «politique étrangère américaine» voulant que «si t'es pas avec nous, t'es contre nous». C'est un peu le message qu'envoient certains en prétendant que ceux qui ne sont pas d'accord sur les moyens ne visent définitivement pas les mêmes fins.

Je suis révolté par la peine capitale infligée à Saddam Hussein. Je pourrais très bien dire que ceux qui s'en réjouissent — je parle ici surtout des occidentaux — ont eu pitié de lui. Ils ont beau dire que c'était un salaud de la pire espèce et toutes autres ignominies qui le caractérisaient réellement, parallèlement à ceux-ci qui considèrent que lui avoir épargné la vie aurait été une sentence bonbon, je pourrais déduire que lui enlever la vie était de lui faire le plus beau cadeau qui soit.

Je pense effectivement que Saddam Hussein a considéré cette pendaison comme un cadeau. Je l'ai dit, dans mon dernier billet, je pense que cela revient à lui épargner d'avoir à concrètement subir les conséquences de ses actes. Toutefois, je me garde de penser que ceux et celles qui applaudissent cette pendaison désiraient lui faire un cadeau, car je sais que ce n'est pas vrai. Je sais bien que, comme moi, ces gens-là ont d'abord à l'esprit les souffrances vécues par les victimes de ce monstre et que, comme moi, ils souhaitaient une sentence forte, que Saddam Hussein souffre afin qu'un minimum de justice soit rendu.

Pourquoi ces gens-là ne sont-ils pas capable de faire la même réflexion concernant ceux qui condamnent — sans faire de mauvais jeux de mots — la peine capitale?

Je rappelle que je ne mets pas tous ceux favorables à la peine capitale dans le même panier. Je tiens aussi à mentionner que j'ai lu des inepties semblables parmi les commentaires de personnes défavorables à ce genre de sentence, dont certains qui affirment que ceux qui pratiquent et encouragent la peine de mort sont des barbares. Je ne suis pas davantage d'accord avec eux. Il m'a cependant semblé, et ce n'est qu'une impression, pas une certitude, que ce genre de propos irréfléchis était plus fréquent chez ceux favorables que ceux défavorables.

Posté par Gradlon à 03:23 - Actualité diverse - Permalien [#]

Il est mort

Selon toutes vraisemblances, l'ancien dictateur irakien Saddam Hussein a été pendu peu après 22hrs ET ce soir. La plupart des médias semblent vibrer au diapason. La version électronique de CNN titre «Witness: It's over, Hussein's dead». Bien sûr, si seul CNN annonçait la nouvelle, il serait légitime d'en douter, mais l'Express indique qu'un «vice-ministre irakien confirme l'exécution de Saddam Hussein». Au Québec, la plupart des médias d'informations suivent la vague. Corus Nouvelles y va d'un «l'ancien dictateur irakien Saddam Hussein a été exécuté», LCN fait plus simple et frappant en titrant «Saddam Hussein est mort», le site web Matinternet emploie le même titre que Corus, mais propose un article plus long, Radio-Canada et Cyberpresse titrent «Saddam Hussein pendu». Pour le moment, une seule et même source pour tous: la télévision nationale irakienne, Iraqia. Ce média est sous contrôle américain.

Saddam Hussein a été l'un des plus grands criminels des temps modernes. Malgré tout, j'étais contre son exécution. Je suis contre toute forme d'exécution, car je considère cette forme de justice totalement illusoire et inefficace. D'abord, je trouve qu'il s'agit d'un très beau cadeau offert à la personne coupable. En effet, il échappe ainsi aux conséquences de ses actes, car je pense que la peine capitale est en fait une libération. La plupart des religions peuvent dire qu'il rencontrera une sorte de justice divine, il n'en demeure pas moins qu'on ignore complètement ce qui se passe après la mort. S'il se trouve, ses péchés seront saddam effacés, soit parce que c'est l'ordre divin des choses, soit parce qu'en l'assassinant, les Hommes ont fait de lui une victime aux yeux de dieu. Car il n'y a pas d'autres termes; Saddam Hussein a été assassiné. Un assassinat légalisé par l'homme, mais probablement pas par dieu.

Je théorise, mais une chose dont je suis plus certain, c'est qu'au fond, les victimes encore vivantes de cette ordure ne seront pas vraiment soulagées par sa mort. Rassurées que plus jamais cet homme puisse les faire souffrir, je suis d'accord, mais soulagées des douleurs inimaginables, pour moi, qu'il leurs a fait endurer, j'en doute fort. Même que les victimes seront peut-être prochainement la cible des partisans de Saddam qui, à défaut de pouvoir se venger à l'intérieur d'un système judiciaire qui leur est inaccessible, chercheront réparations chez les civils.

Je pense qu'une lente agonie dans une cellule aurait été une sentence plus appropriée pour lui. J'ai la conviction que les hommes doivent affronter sur terre les conséquences de leurs actions commises sur terre. À mes yeux, mon raisonnement est plus philosophique que religieux. Pour les athées, il suffit de dire que Saddam est biologiquement mort et qu'il ne peut plus rien ressentir, ce qui inclut la souffrance de vivre les conséquences de ses actions. Dans tous les cas, l'emprisonnement jusqu'à la dernière expiration me semble être la meilleure façon d'affronter les conséquences d'actions telles que le meurtre.

Évidemment, il serait utopique de croire qu'un emprisonnement jusqu'à la mort aurait pu faire prendre conscience de ses crimes à un être dérangé comme Saddam Hussein. Qu'il ait passé 20 ou 30 ans derrière les barreaux avant d'en mourir, Saddam serait certainement mort avec l'impression qu'il est l'unique victime dans toute cette affaire et qu'il est le bien incarné que les forces du mal occidentales ont terrassé. Mais quoiqu'il en soit, il en aurait été très tourmenté. Enfermé dans une petite cellule terne, découpé du reste du monde entier (car je considère que cette mesure aurait fait parti d'une sentence appropriée), alors qu'il avait été le leader incontesté et incontestable de l'Irak, maître de ses puits de pétroles, ses coffres débordants de richesses et habitant des palais somptueux et vastes.

Chaque jour jusqu'à son dernier soupir, ses victimes auraient pu se réjouir de le savoir derrière les barreaux, expiant ses crimes. Désormais, c'est plutôt une satisfaction éphémère que les gens ressentiront. La pendaison est peut-être un acte symbolique d'une grande puissance, mais je pense qu'il s'agit surtout d'un feu de paille. À l'image de la bouffe de McDonalds, ça se consume vite, ça se digère vite et rapidement, on a encore faim.

Bien avant le sort de Saddam Hussein, ce qui m'importe le plus, c'est le sort des Irakiens, qui sont des êtres humains comme moi. Je le souhaite donc de vivre en harmonie et espère pour eux que les conflits qui font rage chez eux se terminent rapidement, sans plus de dégâts que ce qui a déjà été fait.

Posté par Gradlon à 00:46 - Actualité diverse - Permalien [#]


28 décembre 2006

Des dérivés à la dérive

La franchise de comédies satiriques Scary Movie, lancée par les frères Wayans (Little Man — 2006) et reprise avec succès par David Zucker (The Naked Gun — 1988), a générée environ 430M$ US, pour une moyenne de 107M$ US par volet. L'original est au 132e rang des films les plus lucratifs en Amérique du Nord, devançant des films comme Rush Hour (141M$ US) et The Matrix Revolutions (139M$ US). Par contre, les productions dérivées de cette franchise n'ont pas connu les mêmes succès. Not Another Teen Movie a ramassé 38M$ US tandis que Date Movie, sorti plus tôt cette année, a fait un peu mieux avec 49M$ US.

Chaque dérivé fut le fruit de deux scénaristes ayant travaillé, et travaillant toujours, sur la franchise Scary Movie. Phil Beauman et Buddy Johnson sont ceux qui ont contribué à l'écriture de Not Another Teen Movie, tandis que Jason Friedberg et Aaron Seltzer ont rédigés le scénario de Date Movie. Ces deux derniers ont débuté leur carrière avec Spy Hard, dans lequel a joué Leslie Nielsen, qui a également travaillé avec les deux scénaristes sur les deux derniers Scary Movie. Ce sont également Friedberg et Seltzer qui ont écrit au prochain film dérivé de la franchise Scary Movie, à savoir Epic Movie, qu'ils ont également réalisé.

Epic Movie met en vedette Kal Penn ainsi que quelques acteurs ayant également joués dans Date Movie: Fred Willard, Jennifer Coolidge, Tony Cox et Adam Campbell. Comme son nom l'indique, ce film parodie les films épiques, dont Pirates of the Caribbean: Dead Man's Chest, Superman Returns, The Chronicles of Narnia, Charlie and the Chocolate Factory ainsi que la franchise Harry Potter. Finalement, Epic Movie doit sortir sur les écrans nord-américains le 26 janvier prochain.

D'après la bande-annonce, le film semble plutôt comique. Mais bon, avec Hollywood, on sait depuis longtemps qu'une bonne bande-annonce ne fait pas un bon film. Est-ce que Epic Movie ressemblera davantage aux deux derniers Scary Movie, dans lesquels les clins d'œil se succèdent avec une certaine fluidité et dans lesquels les personnages se «détachent» de ceux qu'ils pastichent pour évoluer de façon individuelle? Ou bien s'agira-t-il d'un autre Date Movie, dans lequel les clins d'œil s'enchaînent de façon absolument désordonner et sans faire rire? J'espère que le premier choix l'emportera, mais Epic Movie traîne un lourd boulet, celui des dérivés à la dérive de Scary Movie qui l'ont précédé.

Posté par Gradlon à 00:32 - Permalien [#]

27 décembre 2006

Madonna veut être réalisatrice

Il semblerait que Madonna désire suivre les pas de son mari, le réalisateur Guy Ritchie, en se mettant derrière la caméra pour la première fois de sa carrière. Il n'est pas surprenant que Madonna veuille réaliser un film malgré l'échec de sa carrière cinématographique, elle qui est une bien piètre actrice. Ce n'est pas surprenant, parce que Madonna est une personne qui ose. C'est d'ailleurs pour ses penchants expérimentateurs qu'elle est devenue ce qu'elle est aujourd'hui.

J'ignore quel genre de résultat la prochaine aventure cinématographique de Madonna, mais je n'appréhende rien de vraiment positif. C'est seulement un pressentiment et le fait qu'elle soit mariée avec un réalisateur ne suffit pas à me faire penser à un possible résultat potable. Après tout, Madonna et Guy Ritchie se sont retrouvés sur le même plateau de l'un des plus notoires navets des dernières années: Swept Away.

M'enfin, on verra certainement, car elle trouvera assurément le moyen d'amener son projet à terme.

Posté par Gradlon à 17:28 - Cinéma - Permalien [#]

26 décembre 2006

Grey's Anatomy en français

Le chaîne de télévision de Radio-Canada offrira dès janvier la version française de la populaire télésérie américaine Grey's Anatomy, avec l'excellente Sandra Oh (Sideways — 2004). À l'instar de la plupart des téléséries américaines qui sont diffusées en français au Québec, Grey's Anatomy sera certainement la version doublée dans l'Hexagone et qui a été diffusée sur TF1. Non pas que ce soit une mauvaise chose, car contrairement à bien des films, le doublage des téléséries en France m'apparait plus sobre que celui de bien des films. Je pense à deux séries en particulier que j'aime bien, qui ont été diffusées en français au Québec et qui ont été doublées en France: Lost et Star Trek: Voyager. Dans les deux cas, il s'agit d'un doublage que je considère potable. Concernant le doublage des films, et ce que je considère comme un doublage «potable», j'invite à consulter un précédent billet où j'exprimais mon point de vue sur la question: Kossé ksé ça?

Quoi qu'il en soit, je suis bien heureux d'apprendre que cette série sera offerte en français dans la Belle Province.

Posté par Gradlon à 07:24 - Permalien [#]

25 décembre 2006

Joyeux Noël

Je souhaite un Joyeux Noël à tous ceux dont la navigation, aux grés des sites, les amène à visiter mon blogue.

Posté par Gradlon à 23:34 - Permalien [#]

24 décembre 2006

Vive le printemps!

Cette année, j'étais le cobaye d'une étude scientifique très sérieuse qui consistait à démontrer que l'homme était un animal capable d'hibernation. Je me suis donc prêté au test et ça fonctionné; l'homme est capable d'hiberner. La preuve? Eh bien, je me suis endormi pour l'hiver le 22 décembre 2006 et à mon réveil de matin, nous étions déjà rendu au printemps.

Crazy_1261

Posté par Gradlon à 14:32 - Au quotidien - Permalien [#]


Fin »